Introduction au Mont d’Or lyonnais et à ses cahiers

cabornes_bouc-treille 129

Le Mont d’Or lyonnais est un petit massif encore relativement naturel situé en limite Nord de Lyon. À dominante calcaire, le massif a donné lieu par le passé à de multiples exploitations de carrières, de vignes et de chèvreries jusqu’à la fin du XIXe siècle. Il est encore de nos jours parsemé de nombreuses traces de ces anciennes activités et des occupations humaines qui leur sont associées.

Les « Cahiers du Mont d’Or » constituent le recueil de différents articles rédigés dans le but de mieux faire connaître et comprendre ce petit patrimoine tout à fait remarquable que l’on peut croiser sur les différents sentiers sillonnant le massif, et d’en réaliser quelques focus avec une approche pluridisciplinaire (historique, géologique, patrimoniale…).

N’hésitez pas à feuilleter les pages de ces « Cahiers », et à faire part de vos remarques dans les commentaires.

La batterie de la Fréta sur le Mont Cindre

Introduction

Le massif du Mont d’Or occupe une position stratégique au Nord de Lyon, position qui a donné lieu à différentes installations militaires au fil du temps, suivant les besoins et les progrès techniques des armées. Ses divers sommets qui culminent de 479m pour le Mont Cindre à 626m pour le Mont Verdun, offrent des points de vue remarquables sur le val de Saône à l’Est, la plaine des Chères au Nord, et l’axe de communication Lyon-Paris à l’Ouest.

Des théories sur les Romains citant tour fanal, poste de guet, ou voie romaine ont largement été entretenues par des auteurs du XIXème et XXème siècle, bien que pas toujours étayées par des preuves archéologiques. Michel Garnier faisait état dans ses livres Carriers et carrières dans le Mont d’Or lyonnais, de deux postes de guet, dont une tour-fanal immémoriale construite en extrémité Nord du Mont-Py. De nos jours, c’est la base aérienne 942 qui occupe encore certains sommets, dont le Mont Verdun. Elle constitue un grand centre de commandement de l’Armée de l’Air.

C’est dans la 2ème partie du XIXème siècle qu’ont été édifiés des forts et des batteries sur la plupart des sommets du Mont d’Or, dans le cadre d’importants travaux de défense du territoire français. Ces ouvrages, issus du système de défense proposé et réalisé par le général Séré de Rivières, existent pour partie encore aujourd’hui, même s’ils ne sont pas tous accessibles au public, soit étant privés, soit faisant encore partie du domaine militaire.

Nous avons choisi de traiter l’un de ces ouvrages, parmi les plus modestes et les moins connus : la batterie de la Fréta située sur le Mont Cindre à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or. Cette batterie construite en 1878, constituait une des annexes du fort du Mont Verdun. Ses terrains d’assiette ont été déclassés du domaine militaire en 1954 et vendus en 1960, et la batterie subsiste parmi une végétation qui est venue progressivement coloniser le site et ses ouvrages.

Dans l’article qui suit, nous commencerons par rappeler le contexte du système de défense de la Place de Lyon au XIXème siècle et celui de la construction des ouvrages du Mont d’Or dans les années 1874-1878. Nous présenterons ensuite le site et la batterie de la Fréta à partir d’informations, de données d’archives et d’observations que nous avons récoltées et exploitées.

photo-generale-2003-perben
Batterie de la Fréta (Montage photo Limonest-Patrimoine – 2003)

Continuer la lecture de La batterie de la Fréta sur le Mont Cindre

La batterie de la Fréta sur le Mont Cindre

En attendant la publication prochaine d’un article détaillé sur la batterie de la Fréta , nous mettons à disposition en téléchargement la présentation que nous avons faite lors de la soirée des Historiens du Val de Saône du 12 avril à Limonest. Cette soirée était consacrée aux ouvrages de défense dits « Séré de Rivières » au nord de Lyon. Ces ouvrages faisaient partie de la 2ème ceinture de fortification de la Place de Lyon et ont été construits à partir de 1874.

La batterie de la Fréta est située sur le Mont Cindre à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, et est l’une des 4 batteries annexes du fort du Mont Verdun. Elle fut construite en 1878, juste après les batteries des Carrières, du Narcel et du Mont Thou.

La présentation est  téléchargeable ici: presentation_Freta_HVS

Prochainement, un article à paraître et que nous nous attachons à rendre aussi complet et documenté que possible…

 

 

 

 

Aqueduc romain du Mont d’Or – Visite de deux sites à St-Romain et Curis

Visite du 30/01/16. Luc Bolevy. Pierre de Laclos. Jean Burdy.

Nous avons effectué une sortie en compagnie de Jean Burdy, membre de l’Académie des Sciences Belles Lettres et Arts de Lyon, spécialiste des aqueducs romains de Lyon, et auteur de la monographie consacrée à l’aqueduc du Mont d’Or qui a été publiée en 1987 au titre du pré-inventaire des monuments et richesses artistiques du Département du Rhône. Merci à lui pour cette visite qui donne lieu à ce bref compte-rendu de notre part.

Nous avons choisi de nous rendre sur deux sites particuliers où des vestiges de l’aqueduc présentent encore un certain intérêt : l’un est situé sur Saint-Romain, et l’autre sur Curis. Ces deux sites ont la particularité d’être au voisinage immédiat d’anciennes carrières, et de ce fait, nous les avions partiellement abordés dans notre article mis en ligne en juin 2015 et intitulé « Quand les carriers croisaient l’aqueduc romain du Mont d’Or ».

Le site de Saint-Romain n’avait pas été publié dans le pré-inventaire de 1987 ni dans les suppléments de pré-inventaires que Jean Burdy avait publiés postérieurement, il était donc particulièrement intéressant d’effectuer une visite avec lui sur ce site.

Le site de Curis avait bien été publié dans le pré-inventaire photo à l’appui, mais à l’époque de notre article en juin 2015, nous n’avions pas réussi à retrouver l’ensemble des points signalés dans le pré-inventaire. L’un d’eux nous avait particulièrement donné du « fil à retordre »… Il fallait donc y retourner, mais cette fois-ci avec Jean Burdy en personne…
Ce compte-rendu est volontairement photographique et sans aucune forme académique, du fait d’une part des publications précédemment faites sur le sujet rappelées ci-avant, et d’autre part d’une publication particulière et plus détaillée que nous envisageons d’effectuer pour le site de Saint-Romain. Le lecteur pourra utilement se reporter à notre précédent article de juin 2015, notamment pour les détails de conception de l’aqueduc qui y sont rappelés et les éléments de vocabulaire utilisés.

Volontairement, nous ne localisons pas les lieux visités, en raison de leur caractère privé, et des risques inhérents à leur environnement (anciennes carrières).

Continuer la lecture de Aqueduc romain du Mont d’Or – Visite de deux sites à St-Romain et Curis

La Croix des Gambins à Poleymieux-au-Mont-d’Or

Localisation
Cette croix est située sur la commune de Poleymieux, au hameau des

ign-grand-cercle
Source : Géoportail IGN

Gambins, à une vingtaine de mètres du carrefour entre la route des Gambins et la montée des Chavannes.

Elle est posée au sommet d’un mur de propriété qui borde un sentier montant vers la combe St-Paul.

Orientation : Sud-Est
Altitude : 395 mètres

NB : cette croix est située à une vingtaine de mètres d’une autre croix se trouvant aussi sur un mur de propriété situé le long de la montée des Chavannes. Cette deuxième croix est légèrement masquée par de la végétation (haie arbustive). Continuer la lecture de La Croix des Gambins à Poleymieux-au-Mont-d’Or

Le bassin des Vondières de Saint-Romain-au-Mont-d’Or

Introduction

Le bassin des Vondières de Saint-Romain-au-Mont-d’Or est un ouvrage hydraulique à la fonction indéterminée cité par Michel Garnier dans son ouvrage « Souterrains et captages traditionnels du Mont d’Or » (p.67) :

La source de Vondière ou Vondières est mentionnée dans les documents anciens. La font Vondière traditionnelle est probablement ce qu’on appelle maintenant la Bordière. Ouvrage étonnant, se présentant comme une pièce d’eau encadrée de hauts murs de 5 ou 6 mètres de haut, avec des déversoirs et des vannes que le fouillis de ronces et de broussailles n’a pas encore permis d’étudier. L’eau arrive par voie souterraine (on distingue sous l’eau le haut de la voûte) et repart de même.

Cette citation de Michel Garnier ne pouvait qu’attiser la curiosité. En effet, mis à part une brève description dans cet inventaire des souterrains du Mont d’Or, nous n’avions retrouvé aucun écrit récent et détaillé au sujet de ce bassin, ni aucun relevé. C’est la raison pour laquelle nous avons cherché à réaliser un descriptif de ce mystérieux bassin.

DSC_6300_20151219_111844 C1
Vue d’ensemble dégagée. Hiver 2015.

Localisation

Continuer la lecture de Le bassin des Vondières de Saint-Romain-au-Mont-d’Or

La croix du Pinet à Saint-Didier-au-Mont-d’Or

plan-ign-cerclé
Localisation . Source Geoportail IGN

Localisation
Cette croix est située à Saint-Didier-au-Mont-d’Or, au niveau du croisement entre le chemin du Pinet à la Molière et le chemin Frédéric Roman. Elle porte le nom du ruisseau (le Pinet) s’écoulant dans le fond du vallon d’orientation nord-sud et situé à l’ouest de là où elle est implantée.

La croix fait partie d’un mur d’angle bordant le chemin Frédéric Roman.

Latitude: 45°48’36.5″N| Longitude: 4°47’28.3″E
Altitude: 302 mètres

Description, nature des pierres
La croix du Pinet est constituée de cinq pierres intégrées à un mur. Continuer la lecture de La croix du Pinet à Saint-Didier-au-Mont-d’Or

La Croix du hameau de la Roche – Poleymieux-au-Mont-d’Or

roche1

roche2
Localisation. Source : IGN Géoportail.

Localisation
La croix du hameau de la Roche est située sur la commune de Poleymieux, à l’intersection du chemin des Mésanges et de l’impasse des Mésanges.

La croix est implantée dans un mur à droite du portail bien conservé d’une ancienne ferme.

Latitude : 45.853990 N
Longitude : 4.807557 E
Altitude : 345 mètres Continuer la lecture de La Croix du hameau de la Roche – Poleymieux-au-Mont-d’Or