Aqueduc romain du Mont d’Or – Visite de deux sites à St-Romain et Curis

Visite du 30/01/16. Luc Bolevy. Pierre de Laclos. Jean Burdy.

Nous avons effectué une sortie en compagnie de Jean Burdy, membre de l’Académie des Sciences Belles Lettres et Arts de Lyon, spécialiste des aqueducs romains de Lyon, et auteur de la monographie consacrée à l’aqueduc du Mont d’Or qui a été publiée en 1987 au titre du pré-inventaire des monuments et richesses artistiques du Département du Rhône. Merci à lui pour cette visite qui donne lieu à ce bref compte-rendu de notre part.

Nous avons choisi de nous rendre sur deux sites particuliers où des vestiges de l’aqueduc présentent encore un certain intérêt : l’un est situé sur Saint-Romain, et l’autre sur Curis. Ces deux sites ont la particularité d’être au voisinage immédiat d’anciennes carrières, et de ce fait, nous les avions partiellement abordés dans notre article mis en ligne en juin 2015 et intitulé « Quand les carriers croisaient l’aqueduc romain du Mont d’Or ».

Le site de Saint-Romain n’avait pas été publié dans le pré-inventaire de 1987 ni dans les suppléments de pré-inventaires que Jean Burdy avait publiés postérieurement, il était donc particulièrement intéressant d’effectuer une visite avec lui sur ce site.

Le site de Curis avait bien été publié dans le pré-inventaire photo à l’appui, mais à l’époque de notre article en juin 2015, nous n’avions pas réussi à retrouver l’ensemble des points signalés dans le pré-inventaire. L’un d’eux nous avait particulièrement donné du « fil à retordre »… Il fallait donc y retourner, mais cette fois-ci avec Jean Burdy en personne…
Ce compte-rendu est volontairement photographique et sans aucune forme académique, du fait d’une part des publications précédemment faites sur le sujet rappelées ci-avant, et d’autre part d’une publication particulière et plus détaillée que nous envisageons d’effectuer pour le site de Saint-Romain. Le lecteur pourra utilement se reporter à notre précédent article de juin 2015, notamment pour les détails de conception de l’aqueduc qui y sont rappelés et les éléments de vocabulaire utilisés.

Volontairement, nous ne localisons pas les lieux visités, en raison de leur caractère privé, et des risques inhérents à leur environnement (anciennes carrières).

1 – Site de Saint-Romain

Du fait de la saison hivernale, les photos reproduites ci-dessous sont un peu plus explicites que les photos que nous avions publiées dans notre précédent article de juin 2015.

St-Romain1
piédroit (droit) de l’aqueduc
St-Romain2
piédroit (droit) de l’aqueduc

Le site visité de Saint-Romain est situé dans une zone en forte pente, non loin d’anciennes carrières. L’aqueduc est encore visible sur une quinzaine de mètres.

C’est essentiellement le piédroit droit affleurant dans la pente qui est visible . On reconnaît son parement intérieur constitué de mortier de tuileau et dont la partie supérieure est arrondie pour recevoir les pierres de couverture.

tuileau-st-romain
vue de détail du mortier de tuileau
piedroit-St-Romain
Sur le côté extérieur du piédroit gauche (à droite sur la photo), se trouve la maçonnerie faite de moellons liés au mortier. Le mortier liant les moellons à l’arrière du piédroit ne comporte pas nécessairement de tuileau

Les Romains incorporaient à leur mortier des débris de brique pilée (le tuileau), conférant à leur mortier durabilité, étanchéité et résistance à l’eau.

St-Romain3bis

On aperçoit de façon assez nette la rupture d’alignement de l’aqueduc et en particulier de son piédroit, déjà décrite et expliquée dans notre précédent article.
Les pierres jaunes de couverture de l’aqueduc sont encore en partie visibles au-dessus du piédroit (à droite sur la photo).

remploi-parement-calcifié
Dans une caborne à proximité du site, moellon de réemploi provenant de l’aqueduc

Dans une caborne à proximité, construite bien postérieurement à l’aqueduc, se trouve un moellon de réemploi provenant de l’aqueduc.

Le moellon est fracturé. Sur sa partie gauche, Jean Burdy nous fait remarquer le léger dépôt de calcite qui masque le mortier de tuileau.

2 – Le site de Curis

canal-amont-carriere-curis
Sur le site de Curis, nous avions déjà trouvé la section du canal entaillée par l’ancienne carrière, côté amont, (ci-dessus) mais nous n’avions pas trouvé la section du canal entaillée par la même carrière, du côté aval
canal-amont-curis
Section du canal au téléobjectif, côté amont de la carrière

canal-aval-curis
Voici la section aval du canal, juchée non loin du sommet du front de taille
canal-aval-curis2
On peut observer une épaisseur de dépôt de calcite d’environ 3mm sur la paroi du piédroit

La calcite trouve son origine dans le calcaire de l’eau
qui transitait par l’aqueduc, probablement en raison des variations de niveau d’eau au gré des saisons (cycles alternant eau et séchage)

calcite_curis
Gros plan sur la couche de calcite recouvrant le parement en mortier de tuileau
canal-aval-carriere-curis
Coupe de l’aqueduc sur le site observé de Curis, côté aval du front de taille
Montauzan2 (800x627) (2)
Schéma de la coupe de l’aqueduc aux carrières de Curis publiée en 1909 par C. Germain de Montauzan
(« Les aqueducs antiques de Lyon – Étude comparée d’archéologie romaine »)

Malgré le mauvais état de la couverture, on constate qu’il y a 3 niveaux de pierres de couverture, contrairement au schéma dressé par Germain de Montauzan en 1909. De plus, le solin fort volumineux ici, qui assure la rigidité entre le piédroit et le radier, est formé d’un pan coupé à 45°, très peu arrondi mesurant une quinzaine de cm, ce qui n’a pas été observé par ailleurs sur l’aqueduc du Mont d’Or et n’est pas conforme au profil du solin que Montauzan a représenté pour le secteur de la carrière de Curis.

Nota : Dans notre précédent article, ce que nous avions nommé couverture « en encorbellement » (en référence au mode de construction des cabornes du Mont d’Or) , Jean Burdy nous signale que le terme plus exact est couverture « en-tas-de-charge ».

Notre compte-rendu de visite est téléchargeable en version intégrale et pdf sur ce lien: Compte-rendu-visite-aqueduc-30janvier2016

Publicités

Auteur : pidelac

Pierre de Laclos est le gestionnaire de la page Facebook Mont d'Or (https://www.facebook.com/Montsdor). Il publie régulièrement des articles sur le blog "les cahiers du Mont d'Or", dont il est cofondateur avec Luc Bolevy. (https://lescahiersdumontdor.wordpress.com/)

2 réflexions sur « Aqueduc romain du Mont d’Or – Visite de deux sites à St-Romain et Curis »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s