Un fragment de sarcophage gallo-romain au lavoir du Couter à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or

Ce compte-rendu décrit le fragment de sarcophage gallo-romain utilisé en remploi dans le mur du lavoir du Couter. Le relevé sur place a eu lieu samedi 18 novembre 2017 avec l’autorisation de la Commune.

Par : Luc Bolevy, Pierre de Laclos, Agnès Milliand.
Continuer à lire … « Un fragment de sarcophage gallo-romain au lavoir du Couter à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or »

Publicités

Chronique d’un glissement de terrain (1853-1861) à Saint-Romain-au-Mont d’Or

Au domaine de la Fréta, les dames de Sainneville assignent la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon (Source ADMR S 1641)

Les travaux de construction de la ligne de chemin de fer de Paris à Lyon au milieu du XIXème siècle ont donné lieu à un certain nombre de difficultés : le passage de la voie ferrée au pied du Mont d’Or en rive droite du Val de Saône a généré non seulement des entailles dans certains des villages traversés, mais a aussi dû faire face à une topographie contraignante et une nature des sols difficile. Les travaux ont nécessité des expropriations, des modifications de voirie et d’édifices dans les villages, des passages en tunnels, en tranchées, des interceptions de nombreuses sources et galeries… Divers dommages et conflits restent encore dans les mémoires.

Le présent article retrace l’histoire de l’éboulement survenu le 12 mars 1853 au droit du domaine de la Fréta à Saint-Romain-au-Mont-d’Or. Cet éboulement a entraîné un nombre considérable de correspondances et d’expertises de 1853 à 1861 : 122 pièces et 6 plans constituent un épais dossier consultable aux Archives Départementales et Métropolitaines de Lyon (source ADMR S 1641). Au-delà des principaux faits survenus et des rapports d’expertises qui tentent de définir les responsabilités, le contenu du dossier permet aussi d’apporter un éclairage sur le domaine de la Fréta dans les années 1850, dont les jardins et les bâtiments résultaient encore en grande partie des aménagements datant de l’époque de Pierre Poivre, lorsqu’il en était le propriétaire de 1758 jusqu’à sa mort en 1786 (son épouse le vendit en 1788).

Notre article présente une synthèse rapide de ces éléments, et produit un document annexé plus détaillé qui constitue une chronologie des événements, accompagnée d’informations sur la Fréta, provenant de la dizaine de rapports d’expertises du dossier. Continuer à lire … « Chronique d’un glissement de terrain (1853-1861) à Saint-Romain-au-Mont d’Or »

L’ensemble hydraulique de la source d’Arches à Saint-Romain-au-Mont d’Or

Introduction

La source d’Arches à Saint-Romain-au-Mont-d’Or fait partie d’un ensemble hydraulique dont les éléments les plus remarquables ont été inscrits à l’inventaire des monuments historiques par arrêté du 18 février 1991. Cette source aménagée par les Romains pour alimenter l’aqueduc du Mont d’Or se déverse de nos jours dans un ensemble comportant plus de 150 mètres de galeries souterraines, entrecoupées successivement par 2 chambres voûtées souterraines et ponctuées d’anciens regards et batardeaux. Sa configuration actuelle indique que l’ouvrage a fait l’objet de travaux d’aménagements bien postérieurs à l’époque romaine, pour de multiples usages, et dont la reconstitution historique s’avère délicate et incomplète. L’aqueduc romain du Mont d’Or a été étudié à plusieurs reprises depuis le XVIIIème siècle, à l’époque où, notamment, la question de l’alimentation en eau de la ville de Lyon se posait. Certaines de ces études ont pu apporter de précieuses informations relatives à l’ensemble hydraulique de la source d’Arches.
Après plusieurs articles que nous avions précédemment publiés concernant d’une part l’aqueduc romain du Mont d’Or, et d’autre part le bassin des Vondières situé dans le même secteur, et à la suite d’une visite exceptionnelle des ouvrages de la source d’Arches que nous avons pu effectuer, nous avons jugé opportun de publier un article consacré à cet ensemble hydraulique.
Dans l’article qui suit, nous passerons d’abord en revue les recherches et écrits réalisés sur cet ensemble hydraulique, du XVIIIème siècle à nos jours, puis nous procéderons à un compte-rendu photographique de notre visite que nous compléterons par quelques questionnements et hypothèses de notre part. Continuer à lire … « L’ensemble hydraulique de la source d’Arches à Saint-Romain-au-Mont d’Or »

La batterie de la Fréta sur le Mont Cindre

Introduction

Le massif du Mont d’Or occupe une position stratégique au Nord de Lyon, position qui a donné lieu à différentes installations militaires au fil du temps, suivant les besoins et les progrès techniques des armées. Ses divers sommets qui culminent de 479m pour le Mont Cindre à 626m pour le Mont Verdun, offrent des points de vue remarquables sur le val de Saône à l’Est, la plaine des Chères au Nord, et l’axe de communication Lyon-Paris à l’Ouest.

Des théories sur les Romains citant tour fanal, poste de guet, ou voie romaine ont largement été entretenues par des auteurs du XIXème et XXème siècle, bien que pas toujours étayées par des preuves archéologiques. Michel Garnier faisait état dans ses livres Carriers et carrières dans le Mont d’Or lyonnais, de deux postes de guet, dont une tour-fanal immémoriale construite en extrémité Nord du Mont-Py. De nos jours, c’est la base aérienne 942 qui occupe encore certains sommets, dont le Mont Verdun. Elle constitue un grand centre de commandement de l’Armée de l’Air.

Continuer à lire … « La batterie de la Fréta sur le Mont Cindre »

Le bassin des Vondières de Saint-Romain-au-Mont-d’Or

Introduction

Le bassin des Vondières de Saint-Romain-au-Mont-d’Or est un ouvrage hydraulique à la fonction indéterminée cité par Michel Garnier dans son ouvrage « Souterrains et captages traditionnels du Mont d’Or » (p.67) :

La source de Vondière ou Vondières est mentionnée dans les documents anciens. La font Vondière traditionnelle est probablement ce qu’on appelle maintenant la Bordière. Ouvrage étonnant, se présentant comme une pièce d’eau encadrée de hauts murs de 5 ou 6 mètres de haut, avec des déversoirs et des vannes que le fouillis de ronces et de broussailles n’a pas encore permis d’étudier. L’eau arrive par voie souterraine (on distingue sous l’eau le haut de la voûte) et repart de même.

Cette citation de Michel Garnier ne pouvait qu’attiser la curiosité. En effet, mis à part une brève description dans cet inventaire des souterrains du Mont d’Or, nous n’avions retrouvé aucun écrit récent et détaillé au sujet de ce bassin, ni aucun relevé. C’est la raison pour laquelle nous avons cherché à réaliser un descriptif de ce mystérieux bassin.

DSC_6300_20151219_111844 C1
Vue d’ensemble dégagée. Hiver 2015.

Localisation

Continuer à lire … « Le bassin des Vondières de Saint-Romain-au-Mont-d’Or »

Quand les carriers croisaient l’aqueduc romain du Mont d’Or

Les ouvrages en pierre sèche des carriers contre les ouvrages en maçonnerie des Romains

Le Mont d’Or lyonnais a depuis fort longtemps fait l’objet d’occupations humaines liées à la culture, au pastoralisme et à l’exploitation de ses ressources naturelles telles que l’eau et la pierre. Stations dites « celtiques », vestiges gallo-romains, nombreux ouvrages en pierre sèche (tunnels de carriers, cabornes…) ont largement été relevés par des géologues, des scientifiques, ainsi que de nombreux amateurs, avant même le XIXème siècle et jusqu’à nos jours. Continuer à lire … « Quand les carriers croisaient l’aqueduc romain du Mont d’Or »

La combe Moletant à Couzon-au-Mont-d’Or

Un exemple de lecture de terrain et de son petit patrimoine

Cet article s’attache à décrire l’une des combes de la Commune de Couzon-au-Mont-d’Or, ainsi que les éléments de petit patrimoine encore présents et qui sont issus de l’exploitation passée de carrières de pierre jaune du Mont d’Or lyonnais. Ces carrières exploitées jusqu’à la fin du XIXème siècle, ont laissé des traces d’activité dans le paysage et la topographie du site, dont d’étonnants tunnels de pierre sèche. Cet article constitue en quelque sorte la lecture d’un terrain et de son petit patrimoine, faite à partir de simples observations que tout un chacun peut réaliser, croisées avec des données cartographiques et parcellaires du secteur et qui sont facilement disponibles.

Retrouvez ci-dessous l’article en version intégrale au format .pdf

Combe_Moletant_2015-03-20